Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

PrÉSentation

  • : Syndicat SUD Autoroutes
  • : Actualités, syndicalisme, au détour des Autoroutes Paris Rhin Rhône... Ce blog est en constante évolution : nombreuses mises à jour quotidiennes.
  • Contact

P M V

 


   
Délégué Syndical Central
 Pascal GRAPPIN
36, rue du Docteur Schmitt 
21850 Saint-Apollinaire
 
 


    (Cliquez sur l'image 
      pour agrandir)
.

Tél. 06 46 09 47 19

       03 80 77 67 18
Fax.03 80 66 66 70 
         
Qui sommes nous ?  
 
                                             

 CE 

CHSCT 

   DP Paris    

   DP Rhin    

   DP Rhône    

Présentation 

 solidaires

Réseau SUD

 
Subir, n'est pas une fatalité.
Si vous souhaitez obtenir des
solutions concrètes à vos problèmes,
comme par exemple :
- emploi,
- salaires,
- conditions de travail,
- protection sociale,
- égalité professionnelle,
- respect de la dignité de chacun.
SUD peut faire bouger les choses,
pour faire aboutir vos revendications
et vos attentes.
REJOIGNEZ-NOUS. ENSEMBLE
NOUS SERONS PLUS FORTS ET
PLUS EFFICACES.
Fabienne+SloganFdTransparent +ilsSontVos... 
 

Aire &Quot;D'Archives&Quot;

 
 Aprr72ppp

SUD signataire de la dernière négociation NAO

DerniÈRes Infos

24 octobre 2011 1 24 /10 /octobre /2011 05:43

Restructuration, euh pardon Réorganisation des PC

 

 

Restructuration pc aprrLe 17 octobre 2011 s’est tenue dans les locaux de Semoutiers, la réunion extraordinaire du CHSCT.

L’ordre du jour était la restitution du rapport d’expertise du cabinet SECAFI, ayant pour thème la réorganisation du PC.

Ce rapport pose de nombreuses questions sur le bien fondé de cette réorganisation qui est en fait une restructuration (terme qui pour la direction ne doit ni être prononcé, ni être écrit). Certainement par pudeur ou pour dissimuler de noirs desseins.

Les conséquences pour les salariés seront irrémédiables

aussi bien dans leur avenir professionnel que, familial et social.

Comme le démontre le rapport d’expertise, il y a entre les objectifs de la direction et la réalité du terrain, un gouffre béant.

 

Maintenant, décortiquons ce rapport d’expertise.

 

Les opérateurs PC dont le corps de métier est la surveillance du tracé ainsi que la gestion des interventions, s’inquiètent de la sécurité des usagers, suite à la fermeture du PC de Semoutiers.

Pour la Direction, il n’en est rien.

Les opérateurs de Semoutiers, n’ont d’autres choix que de partir à Besançon, ayant pour cause de perturber gravement la vie familiale, sociale du personnel. Il faudra que la conjointe ou le conjoint démissionne de son emploi. Une nouvelle vie sociale sera à reconstruire, un nouveau logement devra être recherché.

Même si la direction propose des indemnités, ça ne compensera pas le traumatisme psychologique.

En cas de la mobilité géographique, les opérateurs PC de Semoutiers se verront proposer des emplois dans la lutte anti-fraude et le service achat. En réalité, ces postes sont inexistants et même la Direction ne sait pas comment les créer ! A ce jour, il n’y a aucune fiche du poste, ni du lieu d’affectation et encore moins la rémunération. La pérennité de ces emplois, n’est même pas garantie.

Sans vouloir minimiser le travail des personnes anti fraude et du service achat, ces postes proposés aux opérateurs PC présentent un risque de déstabilisation psychosocial. Leurs acquis professionnels seront dévalorisés et perdus pour APRR.

Le personnel du PC de Semoutiers n’a pas d’autre choix que de s’adapter à ces nouveaux emplois. La direction ne propose pas un large éventail de reclassements.

 

En cas d’inadaptation à ces postes, quelles seront les conséquences pour la ou les personnes ?

 

La direction fera-t-elle d’autres propositions ? La direction répond à ces questions par un silence assourdissant !

Actuellement, le PC de Besançon n’est pas adapté pour travailler à 2 opérateurs.

De nombreux travaux sont préconisés dans le rapport d’expertise. Il faut créer un 2ème poste de travail pour permettre au personnel d’effectuer, dans des conditions optimales, la gestion et la prise de décisions pour la sécurité des usagers.
La réponse de la Direction : quelques travaux sont nécessaires, sans plus !

 

Cette restructuration des PC aura aussi une incidence pour le cadre d’astreinte qui sera basé à Semoutiers ou Besançon ; la transmission des informations et la gestion des évènements seront plus compliquées. Il y a un risque de déperdition des informations et d’incompréhension entre les personnes qui dialogueront par écran interposé et à cela s’ajoute une méconnaissance d’une partie du tracé. La responsabilité pénale du cadre d’astreinte qui risque d’être sanctionné par les tribunaux si un évènement s’aggrave suite à une mauvaise prise de décision. C’est pourquoi à certains cadres se pose la question d’être sorti du tour d’astreinte région.

 

Malgré toutes ces aberrations, la Direction persiste.

 

C’est pourquoi, le CHSCT dans son ensemble a voté le retrait du projet et émis un avis défavorable.

 

Après la restructuration des services centraux, la mort programmée de 3 régions sur 6, la suppression de 10 emplois d’opérateurs PC, l’ouverture de la négociation de l’activité viabilité sécurité, on constate que depuis la privatisation de la société APRR, la Direction restructure à marche forcée dans tous les services et toutes les activités avec de graves conséquences néfastes pour la santé et les conditions de travail des salariés.

Dans sa logique faire plus de profits, la Direction ne dévoile pas ses perspectives sur le long terme. Elle s’attaque méthodiquement à casser le collectif de travail, service après service.

On peut établir un parallèle avec une entreprise nationale de téléphonie qui a restructuré ses services sans prendre en compte la souffrance et le mal être de ses salariés.

Les conséquences dramatiques sont encore dans toutes les mémoires. APRR devrait être prudent et intégrer ces paramètres dans sa gestion du personnel et de ses choix stratégiques.

 

Le syndicat SUD sera vigilent aux conséquences pour le personnel et mettra tout en œuvre pour contrer la direction dans sa course à plus de profit.

Partager cet article
Repost0
21 octobre 2011 5 21 /10 /octobre /2011 12:47
Communiqué du  CHSCT du site de BEAUNE

Le CHSCT a décidé de communiquer sur l’accident mortel de M.QUIVET Patrick.

Le CHSCT a rencontré plusieurs problèmes d’ordre juridique, et ne pouvait pas communiquer plus tôt.

Le CHSCT a respecté la loi

Le mercredi 21 septembre 2011, une opération de renforcement de balisage a été décidée par la direction du Rhône. A 19h30 Madame Defrance et M. de Saint André signalent la dangerosité de la sortie du basculement à TOURNUS DU 353+600 LYON PARIS.

En début de soirée, trois agents étaient en neutralisation pour le relevage d’un poids-lourd avec coupure A6. (367+600 S : 2)

L’astreinte district a décidé d’appeler M.QUIVET Patrick, afin de renforcer le balisage sur le renvoi de basculement.

La première phase, devait être la pose de panneaux et d’éclairage en bretelle d’accélération de Tournus, sans coupure programmée.

La deuxième phase était la pose de K5C en retour de basculement avec coupure programmée.

M.QUIVET Patrick faisait équipe avec deux membres d’encadrement dont un en formation.

 

Remarque du CHSCT : les interventions sur le tracé doivent être impérativement  faites par des équipes viabilité car elles se connaissent et ont un certain automatisme  que les encadrants n’ont pas. L’encadrement peut aller sur le terrain mais  pas se substituer à une équipe de viabilité.

 

L’astreinte district a demandé au patrouilleur de se positionner sur la Gare  de Tournus en vue d’une coupure.

Pendant ce temps, l’équipe procédait à l’éclairage du panneau danger particulier.

 

Remarque du CHSCT : dans le livret de viabilité, page cinq, on peut lire : la présence des forces de l’ordre gendarmerie CRS est souhaité et sera recherché chaque fois que possible, notamment lors de la mise en œuvre des basculements. Cependant, elle est obligatoire lors de la mise en œuvre de toutes les mesures de gestion du trafic (contrôle d’accès, délestage, coupure, ralentissement provoqué…)

Pourquoi cette procédure n’a pas été respectée et pourquoi ces deux phases n’ont pas été programmées ensemble et sous coupure ?

Le patrouilleur dans cette démarche a écouté les ordres de l’astreinte.

 

Le plan de balisage indiquait, le positionnement des cônes, à l’intérieur de la voie lente et de façon à être aligné avec le retour du basculement. De ce fait, la  BAU était chevauchée par les poids lourd.

Patrick a traversé avec un panneau danger particulier de type patrouilleur.

C’est pendant cette phase que Patrick a été mortellement touché par un poids-lourd circulant sur cette voie d’accélération au point routier 353,670 dans le sens Lyon Paris dans une zone rouge (visibilité inférieure à 300 m).

 

Remarque du CHSCT : le panneau danger particulier a été dans un premier temps mis sur glissière mais n’ayant plus l’éclairage pour celui-ci (le site de Chalon en avait), l’encadrement a décidé de remplacer ce panneau par un panneau de patrouilleur.

Mais la bande d’arrêt d’urgence était chevauchée. Toutes ces manipulations de panneaux auraient dû se faire sous coupure. !!

Pourquoi, les gendarmes n’ont pas été appelés alors qu’ils étaient présents pour la coupure d’autoroute au 367+600 sens LYON PARIS

 Et qu’ils se trouvaient à moins de cinq minutes de Tournus ?

Pourquoi, l’astreinte n’a-t-il pas fait sortir les agents supplémentaires disponibles ? (4 agents auraient pu sortir)

 

Le CHSCT se tient à votre disposition pour toute autre information ou remarque.

 

 

Les membres du CHSCT

 


 

 lettre du secrétaire CHSCT

 

 

Le CHSCT a décidé de maintenir sa position malgré la contestation de la Direction Rhône.

 

Le communiqué du CHSCT est donc maintenu. Le différend qui oppose le CHSCT et la direction est dans le paragraphe suivant  : le plan de balisage indiquait le positionnement des cônes à l'intérieur de la voie lente et de façon à être aligné avec le retour du basculement. De ce fait, la bande d'arrêt d'urgence était chevauchée par les Poids Lourds.

 

Après renseignements pris auprès des agents et  patrouilleurs, le CHSCT a été conforté dans ses dires.

 

De plus, le CHSCT possède des photos qui témoignent de la véracité de ces dires.

 

Le direction Rhône essaie de se justifier alors que le vrai problème est ailleurs.

 

Le CHSCT informera l'inspection du travail ainsi que la C.A.R.S.A.T. des agissements de la Direction Rhône.

 

Secrétaire CHSCT

 

Pascal Grappin

Partager cet article
Repost0